Informations sur le Napoléon Bonaparte


MIS EN LIGNE LE 13 novembre 2012

Notre collègue Guy Sabatier, qui a commandé le Napoléon Bonaparte, nous apporte ici des informations de qualité au sujet de l’état du navire et des opérations en cours.


INFORMATIONS SUR LE NAPOLEON BONAPARTE :

La situation du navire est toujours inchangée, arrière du navire toujours immergé jusqu’au pont 5 reposant sur le fond au poste 40.

La SNCM a choisi la société SVITZER ( Sté danoise filiale du groupe AP MOELLER - MAERSK) en qualité de "salvage masters", assistée de la société STX ( anciennement AKER YARDS, rachetée par Sud Coréen) pour les calculs de structure et de stabilité.

SVITZER estime à 10/14 jours la préparation avant de commencer le pompage.

Des entrées d’eau sont toujours présentes et sont estimées à 800m3/h ( chemins de câbles, portes de bordé, etc..), un pompage de maintien du niveau dans les car-decks ( ponts 3 et 4) est assuré en permanence, pour éviter que le navire s’enfonce sur l’avant.

La quantité d’eau à pomper est estimée à 28 000m3 hors car-decks, et de + 12 000m3 dans les car-decks. Le pompage est envisagé à un débit de 3 000m3/h dans les eaux portuaires par l’intermédiaire d’une barge tampon. Un protocole de pompage devra être validé.

Si des contraintes ou fatigues particulières sur la coque et structure sont identifiées, le protocole sera modifié et l’opération pourrait s’étendre dans le temps. Le risque majeur identifié est la stabilité du navire au moment ou il va re-flotter.

Des travaux de cloisonnement doivent être effectués, essentiellement dans les escaliers pour limiter les carènes liquides.

La quantité d’eau dans la salle des machines est évaluée à 8 000m3 ( traduire : compartiment noyé jusqu’au plafond..)

Le travail sur la structure et la stabilité se fait en collaboration ( SVITZER - STX), ceux-ci vont poser des capteurs de tension et de déformation.

Le début du pompage est planifié pour le 20 novembre, si avancement du chantier conforme (estimation). La durée prévue du pompage est de 36 heures.

Guy Sabatier